Accueil > Membres > Devenir membre > Diplômés hors Canada > FAQ – Diplômés hors Canada

Connectez-vous à la section membre

×

FAQ – Diplômés hors Canada

1- Qu’est-ce que L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec, délivrée par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI)? [+]

L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec, délivrée par le MIDI, établit une comparaison générale entre deux systèmes éducatifs officiels. Elle indique à quels repères scolaires (ou principaux diplômes) et à quels domaines de formation du Québec peuvent être comparées les études effectuées à l’extérieur du Québec. L’évaluation comparative est un avis d’expert à titre indicatif seulement. Elle n’est ni un diplôme ni une équivalence de diplôme. Dans le cas des candidats qui ont obtenu leur diplôme aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en Australie, l’évaluation comparative n’est pas requise.

2- L’évaluation du MIDI indique une équivalence de diplôme universitaire. Suis-je assurée d’obtenir mon permis de diététiste/nutritionniste?[+]

Non. L’évaluation des demandes de reconnaissance de l’équivalence de diplôme ou de la formation ne se base pas uniquement sur le niveau d’études acquis par un candidat. Son but est d’analyser la formation d’un candidat d’un point de vue global et cherche à établir les similitudes entre le contenu du programme d’études qu’un candidat a suivi hors Québec et celui du baccalauréat en nutrition offert par les trois universités reconnues du Québec (universités Laval, Montréal et McGill), ce dernier représentant, la norme initiale de formation donnant accès au permis d’exercice de l’Ordre. Elle vise également à déterminer si les acquis expérientiels, soit les notions et les compétences acquises par un candidat, peuvent être reconnus comme équivalents à ceux d’un diplômé du Québec. L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec est un document très important, car il sert à établir le correspondant, dans le système éducatif québécois, du diplôme qu’un candidat détient, elle n’est ni un diplôme, ni une équivalence de diplôme.

3- L’évaluation du MIDI indique une équivalence d’un DEC, ai-je le droit de déposer une demande d’équivalence de diplôme ou de la formation?[+]

Oui. Jusqu’au 22 janvier 2014, en vertu du Règlement sur les normes d’équivalence de diplôme et de la formation donnant ouverture au permis de l’Ordre, un candidat qui détenait l’équivalent d’un diplôme d’études collégiales ne pouvait pas avoir accès à une équivalence de diplôme ou encore de sa formation, car cette dernière devait découler d’un diplôme susceptible d’être reconnu comme équivalent. Consultez le nouveau règlement qui est entré en vigueur le 23 janvier 2014. Il est dorénavant possible pour un candidat de demander une équivalence de sa formation s’il ne détient pas un diplôme universitaire en nutrition équivalent au baccalauréat québécois.

4- L’évaluation du MIDI indique une équivalence de diplôme collégial. Puis-je tout de même obtenir une équivalence partielle de formation?[+]

Non. Lors de l’évaluation des dossiers de demande de reconnaissance de l’équivalence de diplôme ou de la formation, le comité des équivalences de l’Ordre peut tenir compte de l’ensemble de vos diplômes, de vos formations et de vos expériences de travail si ceux-ci sont pertinents et si les notions, les connaissances et les compétences globalement acquises peuvent être reconnues comme équivalentes à celles acquises par un diplômé du programme de baccalauréat reconnu. C’est donc le comité des équivalences de l’Ordre qui décide de reconnaître une équivalence de la formation, la reconnaître en partie ou de refuser de reconnaître l’équivalence.

5- Qu’est-ce qu’un commissaire à l’assermentation?[+]

Les commissaires à l’assermentation sont nommés par le ministre de la justice. Leur rôle est de faire prêter serment à des personnes afin d’authentifier des documents.

Trouver un commissaire au Québec

6- Le système scolaire dans mon pays ne se calcule pas en termes de crédits. Comment remplir les formulaires exigés?[+]

Si aucune information relative au nombre de crédits alloués à un programme n’est disponible, le comité peut calculer ce nombre en fonction du nombre d’heures d’enseignement, chacun des crédits représentant 45 heures de présence à un cours et de travail personnel, selon les normes établies dans le système éducatif québécois. Le comité peut également déterminer les équivalences selon le descriptif du cours.

Quant à la formation pratique, au Québec, les principaux domaines d’activité des diététistes/nutritionnistes sont les secteurs de la nutrition clinique, de la nutrition en santé publique/communautaire et de la gestion des services d’alimentation. Les expériences découlant de vos stages ou vos emplois sont évaluées selon la description des trois domaines de stages indiqués à l’annexe II du règlement. L’objectif de l’évaluation est de déterminer les équivalences, c’est-à-dire de déterminer si les notions et les connaissances que vous avez acquises hors du Québec correspondent à celles attendues d’un diplômé du Québec, et si celles-ci peuvent être reconnues comme équivalentes aux fins d’entrée dans la profession. Le facteur évolutif et géographique de la profession est également pris en compte, car certains champs d’activités en nutrition subissent des changements très rapides, et la pratique en nutrition peut varier d’un continent à l’autre voire d’un pays à l’autre.
Pour les diplômes assortis de crédits ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System); le comité applique la règle 1 crédit ECTS = 0,5 crédit. Cette règle est suggérée par le registraire de l’Université McGill et est également appuyée par le document ECTS Users’ Guide publié par l’Office des publications de l’Union européenne (ECTS Users’ Guide, http://ec.europa.eu/education/lifelong-learning-policy/doc/ects/guide_en.pdf, Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities, 2009).

7- Combien de temps prend le processus d’évaluation de ma demande?[+]

Étant donné que le comité des équivalences se réunit généralement quatre fois à l’année, le processus de traitement de votre dossier de demande de reconnaissance de diplôme ou de la formation peut prendre environ 3 à 4 mois à compter du moment où votre dossier est complet.

8- L’Ordre me demande de suivre une formation complémentaire (d’appoint). Que dois-je faire? [+]

Si une équivalence partielle est accordée, l’Ordre vous transmet l’extrait du procès-verbal vous concernant dans le délai réglementaire de 15 jours de la date de la tenue de la réunion du comité. Par la suite, consulter l’une des trois universités reconnues (Universités Laval, Montréal et McGill) afin de vérifier leurs conditions d’admission et la possibilité d’avoir accès à la formation prescrite par l’Ordre.

Depuis l’automne 2016, l’Université de Montréal a mis en place un programme d’actualisation qui accueille les candidats à l’équivalence.

Nous comprenons que la formation prescrite peut comporter un nombre important de crédits de cours théoriques et de semaines de stages pratiques et impliquer un parcours académique long avant l’octroi d’une pleine équivalence et le droit à la délivrance du permis. Il s’agit toutefois d’une analyse rigoureuse et approfondie de la formation globale que vous avez acquise et du constat objectif que l’équivalence de diplôme ne pouvait pas être reconnue en totalité, car votre dossier ne satisfaisait pas à l’ensemble des normes minimales prévues au règlement. De plus, les universités peuvent exiger que vous effectuiez également des cours préalables, en conformité avec leurs propres règlements académiques.

La ventilation des semaines de stages selon les trois principaux secteurs de formation et d’activités respecte les normes minimales de formation établies par les organismes d’accréditation des programmes universitaires. Vous devrez donc être formé dans les 3 principaux domaines. Il n’est pas possible de suivre la formation uniquement selon les champs d’exercice que vous avez ciblé, vous devrez être au même niveau que les diplômés du Québec, s’agissant d’une délivrance de permis et non de perfectionnement d’un diététiste qui retourne à la pratique.

9- L’Ordre me demande de suivre une formation complémentaire. Est-ce que de l’aide financière est disponible?[+]

Il existe un programme de prêts et bourses du Ministère de l’Éducation et Enseignement supérieur permettant aux étudiantes et aux étudiants québécois dont les ressources financières sont insuffisantes de poursuivre à temps plein des études secondaires en formation professionnelle, des études collégiales ou des études universitaires. Ce programme est à caractère contributif, ce qui signifie que l’étudiant et, s’il y a lieu, ses parents, sa conjointe ou son conjoint ou sa répondante ou son répondant, sont les premiers responsables du financement de ses études.

Plus de détails

10- Dois-je parler français pour obtenir le permis de pratique au Québec?[+]

L’Ordre délivre un permis régulier aux candidats qui satisfont aux exigences de la Charte de la langue française portant sur une connaissance suffisante du français.
Selon l’article 35 de la Charte de la langue française, une personne est réputée avoir cette connaissance si :

  1. elle a suivi, à temps plein, au moins trois années d’enseignement de niveau secondaire ou post-secondaire dispensé en français;
  2.  elle a réussi les examens de français langue maternelle de la quatrième ou de la cinquième année du cours secondaire;
  3. à compter de l’année scolaire 1985-1986, elle obtient au Québec un certificat d’études secondaires.

Dans les autres cas, une personne doit obtenir une attestation en réussissant les épreuves d’examen de français de l’Office québécois de la langue française (OQLF).

Le candidat qui, par ailleurs, satisfait aux conditions d’exercice de la profession peut obtenir un permis temporaire. Ce permis est valide pour un an et peut être renouvelé jusqu’à trois fois, sur autorisation de l’OQLF.

11- Où pourrais-je suivre des cours de français gratuitement?[+]

Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion offre des cours de français gratuitement pour les personnes immigrantes vivant au Québec.

Plus de détails